Ecole Benedictus, Gant (Belgique)

 

Impossible de louper l’extension de l’école Benedictus, à Gand. Empruntant le tronçon de l’autoroute  surélevée qui mène au centre-ville, l’automobiliste le plus pressé ne peut que remarquer ces trois sphères en zinc.

 

Nom du projet :
École Benedictus,

Lieu :
Gand (Belgique)

Architectes :
Danny Vandewalle, Corijn en Leyman

Technique :
Joint Debout VMZINC®

Aspect de surface :
QUARTZ-ZINC®

 

La forme inhabituelle de l’édifice interroge, et a suscité toutes sortes de comparaisons. Danny Vandewalle, architecte du projet, s’amuserait plutôt de ces commentaires tantôt moqueurs, tantôt bienveillants, qui passent toujours à côté de l’image qui fit naître le projet. Il explique avoir voulu faire référence à un bouclier protégeant les salles informatiques de trois grands facteurs d’agression : la pluie, la poussière et le bruit généré par les véhicules passant sur la route voisine.

 

Le regroupement sur un site unique des élèves de cette école d’infirmières a justifié  l’agrandissement et la restructuration des bâtiments existants. La mise au point du projet a nécessité de nombreuses maquettes et de modèles 3D, que ce soit pour la conception de la structure métallique ou pour le dessin du calepinage du revêtement. La peau de zinc peut être décomposée, comme sur un globe terrestre, de parallèles et de méridiens. L’inclinaison des parallèles conduit l’eau au pied de la façade. Les méridiens sont constitués d’éléments tous identiques, dimensionnés suivant la largeur des bobines de zinc, et redécoupés selon un patron légèrement trapézoïdal.

 

“On m’a souvent demandé pourquoi j’ai utilisé du QUARTZ-ZINC® plutôt qu’un enduit”, explique Danny Vandewalle. “Dans le contexte urbain marqué par la présence d’une voie de grand trafic, un enduit serait devenu noir en trois ans”.

L’architecte justifie aussi le recours à ces formes de bulbes que l’on jugera plutôt excentriques : “je m’élève contre l’uniformité qui s’est emparée de l’architecture avec l’informatique. Les premiers logiciels ne permettaient que de tracer des traits droits, l’architecture est donc devenue cubique. Aujourd’hui les logiciels sont plus perfectionnés, et je veux montrer que l’architecture de boite n’est pas une fatalité”, déclare l’architecte, qui entend aussi se prémunir d’un trop grand conservatisme architectural, puissant dans les villes historiques comme Gand. Plus qu’un simple bouclier, cette réalisation est un manifeste pour une architecture différente !