Musée des grottes, Daton (Chine)

 

Architecture paysage

À Datong, le paysage se plisse de vagues de zinc. Un océan métallique sert de lieu d’accueil
aux visiteurs d’un site classé au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO en 2001.

Nom du projet :
Musée des Grottes, 

Lieu :
Datong (Chine)

Architecte :
Dapeng Cheng, Beijing new era Architectural Design Ltd

Technique :
Joint Debout VMZINC®

Aspect de surface :
QUARTZ-ZINC®

Surface en zinc : 10 000 m2

Photos : Chen Yoa, Chine.
 

 

À partir du IIIe siècle après Jésus-Christ, le bouddhisme s’est imposé comme un des trois courants spirituels de la Chine. La région de Datong, à environ 400 km à l’ouest de Pékin, garde la trace de cet épisode historique de plus de siècles. On a recensé sur le site de l’ancienne ville de Yungang plus de 252 grottes, abritant environ 51 000 statues créées entre le IV et le VIe siècle. L’inscription de Yungang sur la liste du patrimoine de l’UNESCO en 2001 a renforcé l'intérêt touristique du lieu. La
configuration des espaces d’accueil a dû être entièrement repensée. Une halle d’exposition de près de 10 000 m² marque le renouveau du site. L’agence Do Union a dessiné un bâtiment qui peut être vu comme la métaphore d’une grotte. La grande salle d’exposition est semi-enterrée. On y accède en traversant un vaste demi-cercle composé de 12 grands blocs massifs formant un amphithéâtre à ciel ouvert. Depuis le sol ou du haut des collines environnantes, seule cette succession de vagues de zinc émerge du site.

 

 

 

Les esquisses des architectes prévoyaient de couvrir la halle par une série de lanières ondulées de quatre mètres de largeur. Un décalage entre ces éléments, au nombre de 30, donne à la halle l’aspect mouvementé d’une mer tumultueuse. L’utilisation du zinc a per- mis de restituer fidèlement le concept imaginé dans les phases de projet : le matériau a été déroulé sur les quarante mètres de longueur de chaque élément de toiture, suivant une courbe tantôt convexe, tantôt concave. L’installation de drains au sol en rive basse des couvertures a permis d’éliminer complètement les gouttières. La mise en oeuvre montre une remarquable compréhension des possibilités du matériau. Intelligence qu’il faut d’autant plus saluer qu’en Asie, le zinc n’était pas présent dans l’architecture traditionnelle. Celui-ci est en effet presque un nouveau produit,
dont le champ d’application locale reste à explorer.