Zinc extrême : 115 ans au sommet !

 

 

Le zinc résiste au temps. Et à tous les soubresauts de la météo des cimes ! Pour preuve, le Camp des Fourches, un casernement de montagne de l’armée française situé à 2 291 m d’altitude, dans le massif du Mercantour dans les Alpes de Haute Provence, construit à partir de 1896 et dont les magnifiques toitures ont été rénovées en 2016 ! Voici pourquoi et comment.

Bastion imprenable

Utilisé régulièrement comme emplacement de bivouac dès les années 1890 par les célèbres chasseurs alpins appelés (communément les diables bleus) Ce bastion fut un des éléments du dispositif mis en place par la France après la défaite de 1871 pour protéger la frontière avec l’Italie.

L’ensemble est constitué de vingt-six petits bâtiments en pierre locale, dont une vingtaine quasiment identiques ayant des allures de chalets à deux pentes. Au cours du XXè siècle, un poste de commandement doté d’un mess pour les officiers ainsi qu’un poste de télégraphie optique à l’étage ont été ajoutés.

Ces chalets servaient principalement de logement et pouvaient accueillir un bataillon. Soit quatre compagnies pour un total de 150 hommes vivant en quasi-autarcie

Le camp des Fourches était occupé en permanence, sauf pendant l’hiver, où un effectif réduit était chargé d’assurer le gardiennage. On rapporte que la circulation entre les chalets s’y faisait sous la neige (abondante à cette altitude) dans des galeries en planche.

Rénovation mémorielle

Lieu de mémoire des batailles des Alpes, le Camp des Fourches a fait l’objet dès 2014 d’un projet de réaménagement en vue d’une utilisation touristique (chemin de Grande Randonnée) Les travaux de rénovation, menés par le Conseil Général des Alpes Maritimes, ont commencé en Juin 2016.

Notre technicien, Jean François Taillard, a été sollicité par SMBR Entreprise et Pierre Verdet le chef de travaux au cours de l’été 2016. Sa mission : intervenir sur la réfection complète des toitures dans ce contexte très particulier que l’on peut qualifier de haute montagne.

Système breveté VM : du grand art !

A sa grande surprise, lors de sa visite initiale, il a eu le grand plaisir de constater que certains bâtiments avaient bien été couverts à l’origine par des écailles en zinc dont il restait à certains endroits des surfaces significatives. Il a notamment pu déposer quelques éléments d’un bâtiment datant de 1902 et découvert grâce aux poinçons d’épaisseur (jauge de 12 soit environ 0,65mm) toujours visibles sur l’envers des écailles (voir photo) que celles-ci avaient été fabriquées à l’usine Vieille Montagne de Viviez-Penchot (lettres V-P bien visibles) dans l’Aveyron…il y plus de 115 ans !

Cette toiture a donc résisté plus d’un siècle aux assauts d’un climat particulièrement rude. En particulier des cycles extrêmes de variation des températures entre l’été et l’hiver.

Autre satisfaction, Jean François a pu faire un peu d’archéologie technique en évaluant le principe de fixation de ces toitures en petits éléments. Il a là aussi fait une découverte passionnante : le principe de fixation original par des pattes spéciales préfabriquées dites à obturateur s’est avéré être (après consultation d’anciens catalogues) un système breveté Vieille Montagne adapté à la mise en œuvre en montagne. La raison ? Ce principe de fixation permettait très astucieusement d’éviter les remontées de neige poudreuse à la jonction de 4 écailles.

Le maitre d’ouvrage, sur la base de nos conseils, a soutenu l’idée de refaire ces toitures dans le même esprit et avec le même matériau. C’est ainsi que nous avons pu fournir à nouveau des écailles de type Adeka en zinc prépatiné gris clair (Quartz-Zinc ®) qui présentent également la caractéristique d’être fixées en partie haute par une clef de verrouillage brevetée ! De quoi repartir à nouveau pour un autre siècle !

VM in USA

Mon prochain Post consacrée à la série Zinc Extrême franchira cette fois l’océan atlantique. Nous nous rendrons à New York pour évoquer le vaste projet de réhabilitation de l’usine historique de transformation de sucre « Domino Sugar » qui fait face au pont de Brooklin. Notre zinc y est posé sous la forme de cassettes perforées en forte épaisseur. A suivre !

  Chronique de VMZINC