BATIMAT 2017 : 5 petits jours !

 

 

Le 8 novembre dernier, j’ai arpenté les allées de BATIMAT, l’un des plus importants salons de notre secteur. Une date qui ne doit rien au hasard puisque cette journée de milieu de la semaine mesure la montée en puissance de la participation. Ma visite, en coup de vent - car j’avais pris beaucoup de rendez-vous - fut très instructive pour prendre la température de notre milieu ! Revue de détails.

Moins de visiteurs, plus d’exposants internationaux, beaucoup d’artisans, l’alu en force

  • On marche toujours autant à BÂTIMAT. J’ai parcouru 11 kms (prouvés par mon bracelet connecté !) dans les Halls 5 et 6, les seuls que j’ai pu visiter, et d’ailleurs toujours les plus intéressants à mon avis. D’autant que l’espace numérique, judicieusement placé entre les deux, regroupait les sociétés proposant leurs offres digitales, dont celles du BIM en plein essor.
  • A l’exception des tuiliers (sauf Imerys toujours présent) et de VMZINC, la plupart des acteurs majeurs du toit étaient de retour, sans à priori changer de stratégie de communication : des stands de qualité certes, présentant quelques nouveautés et les principaux produits et systèmes de leurs catalogues. Comme d’habitude, pourrait-on dire !
  • L’organisateur annonçait le Jeudi une progression des visiteurs français à 78%. Preuve que BATIMAT est de moins en moins un salon international. Un constat que nous avions déjà établi. Pour moi, le salon de Villepinte est devenu un rendez-vous d’exposants internationaux présents pour séduire des clients français. Plus globalement, dans l’attente de la publication des chiffres finaux, nous pensons que la fréquentation a été en baisse
  • Autre ressenti personnel, très peu d’architectes dans les travées (je les reconnais assez facilement !). Mais beaucoup d’artisans et de professionnels qui pourraient représenter 30 % à 40% des visiteurs.
  • Depuis mon précédent Post sur BÂTIMAT, J’ai rencontré à plusieurs reprises des membres de l’organisation du salon chez Reed Exhibition. Nous échangeons régulièrement sur l’évolution des comportements et des attentes des acteurs de la filière. Il est probable qu’ils organisent ce type de rencontres avec quelques industriels et quelques leaders d’opinion. Preuve s’il en est de leur prise de conscience des menaces qui planent sur leur salon. Mais aussi de leur velléité à le faire évoluer. Cette année, ils m’ont de nouveau fait l’honneur de m’inviter pour échanger à chaud. Nous avions parlé de regrouper les offres par systèmes constructifs dans un genre de « hub de l’innovation » mais aussi d’organiser un lieu dédié à la démonstration (mise en œuvre des matériaux ou assemblage des composants) Malgré leurs tentatives nombreuses, ils ne sont pas encore parvenus à convaincre suffisamment d’exposants d’émanciper leur concept traditionnel de stand mono enseigne pour promouvoir, en commun avec d’autres industriels, des offres systémiques que j’appelle de mes vœux. Il leurs faudra manifestement du temps pour convaincre ces professionnels qu’il serait peut-être plus efficace d’être présent à plusieurs endroits dans ce salon géant.

    Je n’ai pas pu assister à des conférences, même si je continue à penser que la qualité d’un salon tient aussi à la qualité des thèmes abordés et des intervenants (qui ne peuvent pas être majoritairement des industriels venant plus ou moins adroitement « vendre leur soupe » !) Je sais que les organisateurs ont fait de gros efforts dans ce domaine. A noter par exemple, selon les échos reçus, les riches échanges autour du Label E+C-, actuellement en cours de déploiement, tenus au Hub “Construire et rénover durable” et les conférences « regards sur l’architecture ». Je veux saluer ici aussi Olivier Dupont, un ancien de VMZINC maintenant en charge du pôle Produits et Ouvrages au CTMNC, qui est intervenu pour promouvoir son projet DEMODULOR primé au concours de l’innovation*. Nous avons tous les deux été interviewés sur la chaine de télévision du salon, « Bati-TV », par Stéphane Miget, le rédacteur en chef de la revue «5Façade », sur le thème «façades ventilées : tendances et évolution ».
  • Quelques retours d’expérience salon concernant le monde du toit, de l’enveloppe des bâtiments et en particulier du métal. J’y ai beaucoup vu d’aluminium, surtout dans le registre des évacuations des eaux pluviales : gouttières profilées sur site de toutes les couleurs et toujours collées-rivetées. A noter : de très intéressantes machines à façonner en continu, en différentes largeurs, les profils d’acrotère traditionnellement réalisés par pliage. De l’aluminium à joint debout aussi. Et sur les stands des fournisseurs de ces machines à profiler, de l’aluminium à la place du zinc sauf chez Jouannel, fabricant français, qui ne pliait et ne profilait que du VMZINC en différents aspects de surface. Chez les fabricants de zinc, pas d’innovation mais des nuances de gris et des couleurs plutôt valables en décoration intérieure ? Beaucoup de mises en œuvre en façade avec perforations et des motifs variés. Les producteurs et transformateurs de panneaux composites sont légions. Les noms en « Bond » fleurissent dans le monde entier. Le métal est bien à la mode !
  • Un petit détour également dans l’univers des serruriers et des façadiers pour découvrir les plus beaux stands de la foire, ceux de Schüco (toujours parfaits du sol au plafond avec une mise en valeur optimale des produits) et de Technal (superbe stand signé Kengo Kuma avec ses structures aériennes sur câble)

Quels enseignements en tirer ?

Une belle journée dense et active. Un sentiment très fort d’appartenance à ce milieu qui est le mien que BÂTIMAT me reconfirme tous les deux ans. J’aurais voulu repasser une journée au salon mais Villepinte est un peu loin….

Dans le RER, je me disais, que d’énergie, que de beaux budgets dépensés pour cinq petits jours dont le premier ne compte pas (c’est l’échauffement) et les deux derniers ne sont pas toujours efficaces, parce qu’il y a trop de monde ! Que d’efforts pour si peu de visibilité. Ne pourrait- on pas filmer tout cela et conserver l’image tridimensionnelle des stands et des maquettes pour pouvoir le visiter à nouveau virtuellement sur le net ?

On m’a plusieurs fois posé la question : y reviendrez-vous un jour ? Ma réponse est conditionnelle. Si notre société expose de nouveau à BÂTIMAT, ce ne sera pas de la même manière, parce ce que je ne crois plus à ces stands «égocentriques ». De plus, pour la prochaine édition en 2019, eu égard à notre nouvel actionnaire, impliqué dans la toiture-terrasse haut de gamme (EPDM) et dans la façade, nous disposerons d’une offre complète dans tous les registres de l’enveloppe du bâtiment, sous la nouvelle bannière VM BUILDING SOLUTIONS. A suivre, donc, si l’organisateur veut bien revenir à 6 ou 7 jours !

Je sollicite ceux qui ont participé, comme exposants ou visiteurs, à commenter et à donner leur point de vue complémentaire à mes propos, qui restent ceux d’un professionnel partial et pressé :) !

Roger Baltus
Ingénieur architecte
Directeur de la communication VMZINC

  Chronique de Roger Baltus