Le grand pari du Grand Paris

 

 

Un débat utile pour tous les acteurs du projet

Le 6 décembre dernier, j’ai eu le plaisir et le privilège de participer au colloque annuel de L'Alliance des Minerais, Minéraux et Métaux (A3M), organisé dans les superbes locaux de la CCI* Ile-de-France, avenue de Friedland dans le 8ème arrondissement de Paris.

Un événement majeur car pour la première fois les responsables politiques décisionnaires et les dirigeants des structures de maitrise d’ouvrage (Ville de Paris, Paris Métropole et Région Ile de France) rencontraient les fédérations professionnelles, les chambres de commerce, les industriels, les entreprises générales, les architectes ou encore les bureaux d’études pour faire un de point de situation, informer des projets déjà lancés et à venir, confirmer les modes de financement et évoquer les attentes liées, à la volonté de qualité et de durabilité des réalisations et au soutien affiché de l’innovation au sens général .

Comprendre tous les enjeux et les opportunités du « projet du siècle »

Ce colloque visait à mieux faire comprendre à l’assistance l’importance et les opportunités du Grand Paris et par ailleurs à démontrer les atouts des métaux pour construire plus vite, plus sûr et plus durable. Il ambitionnait aussi de susciter des échanges entre leaders d’opinion et acteurs engagés dans ce « chantier du siècle ». Objectif a priori atteint tant par la qualité des débats et le niveau décisionnaire des orateurs et des invités (Jean-François Carenco, Préfet d’Ile de France, Philippe Yvin Président de la société du Grand Paris, Jean-Louis Missika, adjoint à l’Urbanisme et à l’Architecture de la Mairie de Paris, Thierry Lajoie, Président du Grand Paris Aménagement, Etienne Guyot, Président de la CCI de l’Ile de France et des représentants d’ADP de la RATP, le DG d’Arcelor-Mittal France et celui d’Eiffage, … .

Le projet du Grand Paris est lancé et bien lancé, il ne sera pas remis en cause

Nous avons eu la confirmation que le processus du Grand Paris - plus vaste projet d’urbanisme en Europe en taille et en complexité - est lancé de manière définitive. Il est donc raisonnable de penser que les changements politiques à venir n’y changeront rien tant l’impact est déjà réel sur l’activité des travaux publics et la charge des agences d’architecture.

De plus la démarche d’ensemble est maintenant boostée par la candidature très crédible de Paris aux Jeux Olympiques de 2024 et à celle pour le gain de l’Expo Universelle de 2025.

Un double enjeu pour le Grand Paris

Il a été rappelé l’ambition originelle qui a porté le Grand Paris : intégrer la capitale dans le cercle très fermé des dix plus grandes métropoles au monde dès 2030. Jean Louis Missika a souligné que si le XIXe siècle avait été le siècle des empires et le XXe celui des états nations, le XXIe serait celui des métropoles, eu égard à l’inexorable concentration des populations dans les villes.

Le préfet dans une introduction très remarquée a également rappelé la volonté affirmée de ce projet d’améliorer la mobilité des franciliens. En effet une part importante du budget est dévolue aux nouvelles infrastructures ferroviaires et routières (68 nouvelles gares sur les 200kms de nouveaux tronçons autour de Paris avec des prolongations des lignes RATP en banlieue ou jusqu’aux aéroports)

Des initiatives concrètes

Ont par exemple été cités les deux grands concours d’architecture – d’abord celui du « Réinventer Paris » (22 sites vendus par la Ville dans Paris intra-muros pour autant de projets sélectionnés fin 2015 et dont le processus de réalisation a été lancé) et celui du « Réinventons la Métropole du Grand Paris » (62 sites retenus sur 122, dans la petite couronne qui font l’objet d’un appel à idées et à projets, et dont les résultats sont attendus dès 2017.

Les industriels des métaux au service du Grand Paris

Avec des slogans forts, « Avec le métal, gagnons le défi de la métropole du futur », « gagner en qualité, en durabilité, en esthétique et en performance », « innovant, performant, souple, créatif », les industriels des métaux (Acier, Cuivre, Zinc notamment) ont fait valoir tous les atouts des métaux dans ce gigantesque projet d’urbanisme. Une plaquette intitulée « Grand Paris : Métal gagnant » a été diffusée ainsi qu’un site internet dédié ouvert le même jour

Le zinc, un matériau qui unifie !

Lors de ma présentation devant cette assemblée de décideurs et de professionnels, j’ai rappelé le rapport quasi identitaire entre le zinc et Paris. Au-delà de la géométrie des immeubles, c’est en effet à la couleur de la pierre et surtout des toits en zinc que les étrangers reconnaissent la ville. Le gris-bleu du zinc c’est Paris. Le zinc c’est Paris !

J’ai ensuite focalisé mon intervention sur un rôle majeur de notre matériau : la capacité du zinc à permettre de faire discrètement la transition entre les tissus urbains anciens des banlieues et les nouveaux quartiers, de faciliter en toute sérénité des interventions ponctuelles comme les surélévations ou les requalifications de bâtiments existants, de poser un nouvel équipement – gare, salle de sport ou centre commercial - sans agresser visuellement, sans enlaidir.

J’ai enfin indiqué que le zinc, s’il est bien recyclable, est réellement recyclé à 98% car il a une valeur résiduelle non négligeable que les couvreurs connaissent bien ! Il ne restera pas un centimètre carré de vieux zinc sur les chantiers de démolition, et ce vieux zinc reviendra dans le circuit.

Chez VMZINC, le Grand Paris est déjà une réalité. Nos équipes commerciales sont déjà en piste pour les premières réalisations notamment les premières gares qui sortiront de terre dès l’an prochain.

Le sujet du Grand Paris va nous occuper au moins pendant encore quinze ans !

  Chronique de Roger Baltus