Saga Zinc Extrême : VMZINC sur le toit du Monde !

 

 

Le zinc est-il compatible avec le froid extrême, les très fortes épaisseurs de neige….et les séismes de puissance 7,8 ?

Après le sable du désert de la péninsule arabique de Doha au Qatar (cliquer ici), nous abordons le climat rude et impitoyable de la très haute montagne du Tibet, le pays surnommé le Toit du Monde.

L’hôtel Saint-Régis de Lhassa rassemble 150 chambres haut de gamme à 3 600 mètres d’altitude pour une surface de planchers de 32000 m². Une localisation hors norme qui le classe sans doute parmi les établissements cinq étoiles les plus hauts du monde. Seul établissement de luxe dans la capitale de la région autonome du Tibet, son inauguration en 2010 traduit la volonté d’attirer un tourisme haut de gamme intéressé par la culture tibétaine (plus de 6 millions de visiteurs/an).

Une architecture à la croisée des cultures occidentale et orientale

L’architecture et l’organisation de l’hôtel Saint-Régis s’inspirent du monastère bouddhiste de Sera (construit en 1419, au pied de la montagne Tatpiu, à 5 km au nord de Lhassa). Dans un contexte politique délicat, le complexe hôtelier est à la rencontre de plusieurs cultures.

Délibérément écologique, enjeu de développement durable oblige, il fait appel aux énergies solaire et géothermique. Ses bâtiments sont regroupés autour d’un bassin, un élément d’aménagement présent dans l’architecture de différents pays l’Asie. Celui-là a été conçu par Jean Michel Gathy, un architecte belge installé en Malaisie, qui juge « les hôtels sans plan d’eau ennuyeux ».

La toiture de l’hôtel Saint-Régis - rappel à l’architecture chinoise traditionnelle - est constituée de zinc, posé selon la technique traditionnelle du tasseau parisien, ce qui constitue une première sous ces latitudes !

Le zinc en toiture a résisté à toutes les contraintes possibles

La mise en œuvre de ce matériau à une telle altitude posait de sérieux problèmes de résistance mécanique, notamment du fait du poids considérable de la couche neigeuse pouvant arracher le revêtement.

Pour résoudre cette contrainte, la pose a été effectuée selon un concept de surtoiture (première étanchéïté par membrane invisible sous la couverture zinc faisant office de porte neige) et la fixation des couvre-joints des tasseaux a été fortement renforcée.

Notre technicien en charge de la zone Asie-Pacifique a pu expérimenter (à l’occasion de l’assistance technique vendue avec les bobines de zinc) les difficultés du travail en altitude. Même si son intervention s’est déroulée sous le soleil dans la courte période d’été, il a dû passer quelques jours sur place avant d’intervenir pour s’accoutumer au manque d’oxygène et se préparer à l’effort physique intense.

Le 25 avril 2015, nous avons tous appris avec stupeur le terrible séisme survenu au Népal, dont l’épicentre se trouvait à 84 km seulement de Lhassa. Ses conséquences ont été désastreuses pour la région.

Le bâtiment et ses toitures de facture moderne de l’hôtel Saint-Régis se sont très bien comportés. Sans cette réalisation prestigieuse, il aurait été impossible de confirmer l’extrême résistance du VMZINC à un tremblement terre. Notre zinc est là pour encore longtemps !

Rendez-vous pour un prochain voyage extrême avec le VMZINC en Nouvelle Calédonie !

  Chronique de Roger Baltus