Imprimantes 3D : innovation de rupture - aussi – pour la construction

 

Imprimantes 3D : innovation de rupture - aussi – pour la construction
01/10/2015

Imprimante 3D : qui n’en n’a pas entendu parlé ? Cette technologie va profondément bouleverser de nombreux secteurs d’activité, y compris celui de la construction. A l’instar de toute véritable innovation de rupture, il est toutefois difficile à ce stade de mesurer sa portée et son impact sur notre modèle économique.

J’ai vu pour la première fois une machine de ce type en 2003 à Lille, dans le bureau d’étude Robert-jan Van Santen & associés, spécialisé dans la conception des enveloppes du bâtiment. Nous travaillions à la mise au point d’un système de surtoiture. Un des architectes associé nous a présenté une ébauche de pièce de fixation réalisée à partir d’une imprimante 3D. A cette époque, la matière plastique semblait être une sorte de poudre amalgamée par un liant. La pièce était réaliste et permettait une visualisation directe de la solution une fois mise en oeuvre avec les autres éléments en zinc du système. Autrement dit, l’expérience laissait entrevoir le potentiel et le gain de temps en matière de recherche et développement. Aussi excitant et spectaculaire était-il, l’outil, il faut bien le dire, était coûteux et donnait le sentiment d’être toujours en phase de développement.

Où en est-on douze ans après ? Ces machines ont fait des progrès remarquables, de même que les logiciels pour les piloter. Et leur développement est exponentiel. Il n’aura fallu qu’une seule décennie pour atteindre la première phase de démocratisation des imprimantes 3D. Désormais, un bon bricoleur peut acheter sur Internet non seulement les composants électroniques mais aussi - et à bon prix - les notices lui permettant de programmer sa machine !

Autre fait notoire inhérent au développement des imprimantes 3D : leur aptitude à se développer dans plusieurs registres : celui de la miniaturisation ou celui de réalisations de grande ampleur (avec des imprimantes « géantes »). En 2014, des chirurgiens de Louisville aux Etats-Unis ont reconstitué le cœur malformé d’un nourrisson de quelques jours avec une imprimante 3D, selon le relevé par IRM, afin de pouvoir « répéter » l’intervention qu’ils ont réussie le lendemain !

Amsterdam, la société Dus Architects a lancé il y a dix huit mois l’impression 3D de la première "Canal House" (maison de bordure de canal typiquement néerlandaise) de quinze mètres de hauteur. L'édifice est élaboré par des briques en plastiques assemblées les unes aux autres avec une incomparable précision, comme d’immenses Legos remplis d’une mousse spéciale pour constituer un nouveau concept de construction rapide.

En Chine, le gros œuvre de plusieurs maisons a été réalisé dans la ville de Shuzou. La buse d’une imprimante 3D « géante », dotée d’un portique de plus de 10 m de hauteur, a méthodiquement superposé des couches successives de béton de réemploi, spécifiquement développé pour l’occasion. Le tout a été piloté par un simple ordinateur !

En juillet dernier, des chercheurs de l'Université de Nantes ont créé une imprimante 3D capable de fabriquer en moins d'une demi-heure un habitat d'urgence de trois mètres sur sept

Au même titre que les drones dont j’ai parlé dans une précédente Chronique, les imprimantes 3D ne sont déjà plus l’apanage de quelques chercheurs universitaires ou d’industriels fortunés. Ces machines prennent en R&D une part importante dans l’accélération de l’innovation et dans la résolution de problèmes complexes.

Il n’est pas difficile d’imaginer que les imprimantes 3 D vont également révolutionner la manière de construire directement sur les chantiers.
Deux atouts majeurs émergent pour notre secteur : la réduction de la nuisance (réduction du temps d’intervention) et de la pénibilité de la mise en œuvre du gros œuvre pour des bâtiments de petite à moyenne dimension.
Les artisans, spécialistes du second œuvre, pourront ainsi renforcer leur savoir-faire et le consacrer à la finalisation des systèmes d’enveloppe

Une révolution disruptive semble bel et bien en marche.
Je reviendrai régulièrement sur les évolutions des imprimantes 3D et les liens qu’elles tisseront avec le monde de la construction

Roger Baltus
Ingénieur - Architecte
Directeur Communication de VMZINC

 

  Chronique de Roger Baltus