Les drones à l’assaut du BTP !
03/09/2015

Faire de vos relevés thermiques ou de vos diagnostics de toiture un véritable jeu d’enfant ? Telle est la promesse aussi ludique que sérieuse faite par ces engins volants équipés de caméras HD parfaitement stabilisées et de capteurs, couplés à des logiciels de traitement de l’information. Leur taille, leur maniabilité et leur pilotage à partir de la terre ferme avec un ordinateur ou un Smartphone en font de nouveaux outils de travail crédibles.

A basse altitude, au plus près des toitures, ces aéronefs effectuent des relevés d’une grande précision, y compris dans les endroits les plus inaccessibles. En quelques clics, vous obtenez des données qu’il aurait été difficile mais surtout dangereux d’obtenir. Car, c’est une réalité que j’ai maintes fois constatée auprès de professionnels, les couvreurs prennent trop souvent des risques lors d’intervention sans échafaudage pour réaliser un diagnostic de toiture, des relevés de cotes ou pour constater des fuites.

Alors, le drone, serait-il l’allié idéal du couvreur ? Il est certain et déjà avéré qu’il rend de nombreux services aux métiers du BTP. Il nécessite un investissement peu important et une « prise en main » véritablement à la portée de toutes et tous. Quand il est équipé d’un GPS, le drone peut photographier ou revenir filmer le même point de vue pendant des semaines. En quelques clics, les photos et films sont géo-référencés, les données analysées (surfaces, localisation des fuites, déperditions calorifiques, …) puis stockées.

On peut raisonnablement penser que les drones légers équipés de caméras feront partie de l’équipement des couvreurs dans la prochaine décennie. Outre la réduction des risques de chutes, la précision des relevés et du suivi de chantier, leur valeur ajoutée réside dans l’amélioration de la productivité Parce que les relevés seront plus rapides et plus fiables, et ce quel que soit le bâtiment, les couvreurs seront en mesure d’établir des devis plus nombreux. Le drone pourrait donc devenir un levier de développement du secteur.

A ce jour, on retient surtout l’usage spectaculaire des drones par des particuliers et des cinéastes. On sait moins, par exemple, que la ville de Vienne en Autriche y a eu recours pour connaître l’état de la toiture et des gargouilles de la cathédrale en vue de la rénovation de l’ensemble du bâtiment. A Strasbourg, Studiofly, une entreprise de prise de vues aériennes par drone, a fait survoler la toiture du Parlement Européen afin d’y déceler d’éventuelles problèmes sur les panneaux. La mairie du XIVe arrondissement de Paris a également eu recours à un drone pour connaître l’état de sa toiture. La société Harmonie, un des leaders des travaux de ravalement, étanchéité et couverture spécialisé dans le marché des copropriétés, utilise des drones civils pour faciliter la réalisation de certains diagnostics en ravalement de façade, en étanchéité de toiture et pour le suivi de chantier.

C’est notre rôle et même notre devoir d’industriel de sensibiliser les professionnels à de nouveaux outils et de nouvelles pratiques qui influenceront le métier. C’est pourquoi nous organisons dès à partir du 23 juillet prochain et jusqu’au mois d’octobre le ZEN TOUR, une tournée de soirées thématiques pour nos clients installateurs autour de thèmes innovants et porteurs pour leurs activités. Le drone sera l’un des sujets majeurs, avec des démonstrations de survols réalisés par des professionnels.

Nous vous y attendons nombreux !

Roger Baltus
Ingénieur - Architecte
Directeur Communication de VMZINC

 

  Chronique de Roger Baltus