« Sauvons le Métal 57 » : les raisons de notre soutien

 

« Sauvons le Métal 57 » : les raisons de notre soutien
21/04/2015

Je suis entré à La Société des Mines et Fonderies de Zinc de la Vieille-Montagne (maintenant VMZINC) en 1984, l’année de livraison du Métal 57 face à l’Ile Seguin, à Boulogne-Billancourt. Ce célèbre bâtiment conçu pour Renault par l’architecte Claude Vasconi est considéré, à juste titre, comme un chef d’œuvre de l’architecture industrielle en France.

Aujourd’hui, il est menacé par un fonds d’investissement britannique qui souhaite le démolir et utiliser le foncier pour construire un complexe immobilier de onze étages. Cette perspective me touche à titre personnel. J’ai rencontré Claude Vasconi à plusieurs reprises. Il aimait notre matériau. Il disait qu’il avait voulu démontrer, grâce à un maître d’ouvrage éclairé, qu’on pouvait réaliser un bâtiment industriel pérenne avec des matériaux durables comme la brique, le verre et le zinc.

Métal 57 a été notre première référence significative en ANTHRA-ZINC, un zinc prépatiné noir. Techniquement, nous avions développé un système à tasseaux spécifique avec des nervures surdimensionnées pour correspondre à l’échelle des grands sheds si caractéristiques. Lors de la reconversion du bâtiment en 2000, l’agence Jacob + MacFarlan n’a pas touché à la toiture, preuve de son parfait état.

Détruire Métal 57 serait non seulement faire table rase d’un patrimoine industriel remarquable mais aussi se priver d’un bâtiment encore parfaitement exploitable. Pour nous, trente ans après sa construction, il demeure l’une des dix réalisations majeures en zinc au monde.

C’est pourquoi j’ai signé spontanément la pétition «Sauvons le Métal 57», publiée le 26 juin 2014 dans le journal Le Monde par un collectif d’architectes célèbres.

Métal 57 est en sursis. En tant qu’industriel, nous soutiendrons toutes les initiatives en faveur de son classement définitif au titre des Monuments Historiques.

Une nouvelle fonction doit rapidement lui être trouvée, pas une légitimité. A cet égard, une proposition a particulièrement retenu mon attention : celle de le reconvertir en une gare d’interconnexion du réseau du Grand Paris Express (ligne Rouge 15 Sud, station du pont de Sèvres).

A suivre de près !

Roger Baltus
Ingénieur- Architecte
Directeur Communication de VMZINC

 

  Chronique de Roger Baltus